Le référendum écossais vu par un expat : ‘Regarder son pays voter de loin, c’est une sensation très bizarre’

medium_3405219006L’Ecosse se prépare à répondre ‘Yes’ ou ‘No’ à la grande question: ‘Should Scotland be an independent country?’. C’est énorme : des jeunes de 16 ans, jusqu’au plus vieux, 97% des adultes en Ecosse sont inscrits pour aller voter jeudi, le plus gros électorat écossais jamais vu.

Il suffit que 51% disent ‘oui’ pour donner l’indépendance à ce pays de 5.2 millions habitants et une économie de EUR 190 milliards, mettant fin à 307 années d’union avec l’Angleterre.

Pendant ce temps là, les plus d’un million écossais qui ont quitté leur pays de naissance pour vivre ailleurs dans le monde devront se contenter de suivre leur histoire de loin, sans pouvoir s’exprimer dans les urnes.

Ed Adams, qui se décrit comme ‘glaswégien exilé à York et travaillant à Paris’, me dit : ‘Je suis devenu de plus en plus obsédé par ce qui se passe en Ecosse en voyant jeudi se rapprocher… j’ai vécu une multitude d’émotions contradictoires.

‘C’est une sensation très bizarre. Mon côté logique me dit que ça va, je comprends pourquoi on a dit ‘ceux qui habitent en Ecosse peuvent voter, quelque soit leur lieu de naissance’. Mais mon côté illogique me dit que j’aurais vraiment aimé participer à ce vote. J’habite dans le Nord de l’Angleterre, à moins de deux heures de la frontière, donc le résultat en Ecosse impactera réellement sur là où j’habite. Et, il y aura un effet sur mon propre pays, pour toujours…’

ea‘… Si ils votent oui pour l’indépendance, je serais très enthousiasmé par l’idée de retourner travailler en Ecosse, pour aider à faire la différence.’

A 22h jeudi 18 septembre, les 5,579 stations de vote fermeront… et le pays retiendra son souffle jusqu’au lendemain matin pour connaître le résultat.

Ed a prévu de passer la nuit du vote à Glasgow avec sa famille et des amis. Mais il craint qu’une grève d’Air France ne le transforme en naufragé de l’air, à Paris. Je lui ai donné l’adresse d’un bon pub écossais, The Auld Alliance, au cas où.

Il y trouverait d’autres ex-pats écossais, et plein de questions, sur l’identité par exemple… Ed, qui se sent ‘fortement écossais, fortement européen, et culturellement britannique’, explique : ‘On entre en eaux inconnues. Si par exemple ils décidaient de faire des passeports séparés, je devrais choisir entre un passeport écossais ou du Royaume Unis. Pourrait-on posséder la double citoyenneté ? Tout ça devrait être négocié…’

medium_15036129569Selon les derniers sondages, le résultat va être vraiment serré. Beaucoup de gens hésitent toujours entre ‘yes’, et ‘no’. Plutôt contre l’indépendance au début, aujourd’hui Ed voterait ‘probablement’, oui : ‘Il y a deux côtés du caractère écossais… On a ce côté romantique, jacobite, le côté cœur. Et puis l’autre c’est les Lumières écossaises, ‘La richesse des nations’ d’Adam Smith, toutes nos avancées médicales. Comme beaucoup de nationalités, on a une double personnalité. Je pense que ce sera un facteur jeudi.’

‘J’aurais voulu une troisième option, intermédiaire, dès le début. Je voudrais une Grande Bretagne fédérale, avec plus de pouvoirs confiés aux régions anglaises, et une voix plus forte pour l’Ecosse, le Pays de Galle, et l’Irlande du Nord. Je pense que 60% des Ecossais auraient voté pour cette troisième option, avec plus de pouvoir au parlement écossais – mais malheureusement ce n’était pas au menu ! C’était dans le plan original, mais le premier ministre britannique l’a fait enlever. Je pense que c’était une grosse erreur politique. Maintenant on est en train de le proposer de nouveau… mais revenir très tardivement avec cette offre, ça sent la panique. Comme si ils avaient peur qu’on puisse vraiment exister tout seul. L’espoir, et l’optimisme, jouent un rôle énorme dans ce référendum. Et à cause de leur façon de mener la campagne, je pense que le gouvernement britannique a perdu la confiance de beaucoup d’Ecossais.’

Une dernière question, quels sont tes craintes et tes espoirs pour ce référendum ? On reviendra regarder tes réponses ensemble après le vote. Mes craintes, c’est que la campagne devienne malsaine, puis que les gens mettent en question le résultat, la légitimité du processus, et qu’on n’avance plus… Après, je m’inquiète un peu pour la réaction possible de l’Angleterre si l’Ecosse devenait indépendante, par exemple qu’elle n’aurait pas le droit d’utiliser la livre sterling, et à cause de l’influence espagnole et anglaise l’Ecosse serait obligée de quitter l’union européenne, et attendre longtemps pour le réintégrer. Et qu’il y a un chemin long et pénible pour devenir une nation à part entière.

J’espère que l’esprit respectueux de la campagne continuera après jeudi. Peu importe le résultat, presque la moitié de la population va être très, très déçue. Après, j’espère qu’il y aura un processus de négociation civilisé entre les gouvernements du Royaume uni et de l’Ecosse.

Dans le plus long terme mon espoir c’est que l’Ecosse puisse arrêter de vivre dans l’ombre d’un autre pays… Qu’elle arrive à se tailler une place, qu’elle grandisse comme une nation, et qu’elle prenne la responsabilité de ses propres décisions, bonnes ou mauvaises, pour devenir le pays que le plupart des Ecossais ont envie qu’elle soit.

large_2314395176


Thanks Ed, look forward to speaking with you again after the referendum.

photo credit: Ian Kershaw via photopin cc

photo credit: K . R via photopin cc

photo credit: conner395 via photopin cc

2 réflexions sur “Le référendum écossais vu par un expat : ‘Regarder son pays voter de loin, c’est une sensation très bizarre’

  1. excellent, exactement le genre de question que je me posais (qu’en pensent les écossais, en dehors de tout discours militant). Vivement la deuxieme partie d’article !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s